Note à ceux qui pensent que construire encore un parking est la solution pour le commerce chambérien

 

Avec l'apparition la semaine dernière d'une pétition demandant d'urgence la réalisation de 2 parkings supplémentaires pour sauver le commerce de centre-ville, la situation des parking Ravet et Cassine prend une dimension politique, surtout depuis qu'elle a reçu le soutien de notre député Patrick Mignola.

 

Précisons tout d'abord que notre propos (rédacteurs de ce site), n'est pas de nous opposer au principe d'un parking dans le secteur Mérande, mais bien au projet Ravet que l'on nous propose actuellement, car il nous semble pharaonique, cher et mal placé. Par ailleurs, il nous semble que le problème à résoudre n'est pas de mettre une place de parking en face de chaque voiture en ville, mais plutôt d'essayer de limiter le nombre de véhicules qui arrivent. Ou autrement dit, d'adapter la voiture à la ville de Chambéry, et non pas l'inverse.

 

Aggravation fin 2016

 

Concernant le commerce chambérien, de nombreux commerçants ont noté (sauf ceux de la place de la gare, évidemment ;-) ) que l'aggravation s'est sensiblement accélérée à partir de fin 2016. Hélas, à ma connaissance, il n'y a pas eu de diminution soudaine du nombre de places de parking en ville, à part les quelques dizaines perdues suite au déclassement de certaines rues (rue de la République notamment). La mise en enclos de plusieurs parkings est un phénomène annexe, qui a pu amener quelques modifications d'habitude, mais il ne remet pas en question la quantité de l'offre.

 

Il serait donc difficile de lier la mauvaise situation actuelle à une baisse de la quantité de stationnement qui objectivement n'a pas eu lieu !

 

D'autant plus que le parking des Halles, bien placé en ville, n'a jamais été complet, depuis 2 ans que je le suis, hormis les week-ends de décembre pré-Noel, offrant régulièrement une centaine de places. Et s'il n'est pas pris d'assaut, c'est parce que le problème est sans doute ailleurs (et aussi un peu parce qu'il est de loin le plus cher).

 

 

Augmentation des prix et rotation

 

Le prix du stationnement, qui vient d'augmenter fortement, y est sans doute un peu pour quelque chose, même s'il n'est que "la cerise sur le gâteau"... Ainsi, le parking des Halles n'offre plus que 50 places en moyenne désormais, car il est devenu "compétitif" d'un point de vue tarifaire. Malheureusement, le citoyen gare sa voiture par nécessité et non par plaisir, et augmenter les prix n'aura qu'un double effet : mettre de mauvaise humeur ceux qui ne peuvent pas faire autrement, et faire fuir les autres. Quant à prendre les transports en commun à la place de sa voiture, encore faut-il que l'offre soit pertinente (je vous ai dit que les lignes de nuit ont disparues ? Encore quelques centaines de sans-permis qui ne viennent plus au cinéma)...

Pour ces raisons, espérer favoriser la rotation des places en augmentant les prix ne semble pas très réaliste.

 

D'abord parce que, selon l'étude du stationnement réalisée en 2015 par des étudiants de l'université Savoie Mont-Blanc, les parkings actuels en ouvrage sont remplis majoritairement par des... abonnés, ce qui est très bien pour le résultat du gestionnaire, mais fortement contre-productif pour le taux de rotation.

 

Et ensuite, parce qu'après tout, l'augmentation tarifaire date déjà de novembre 2017, et je ne crois pas avoir entendu que les choses s'arrangent depuis...

 

 

Un parking dans les bouchons c'est comme un smartphone sans 4G

 

Augmenter indéfiniment les capacités de parking n'est pas une solution non plus, puisque le trafic chambérien est déjà bien saturé. Le citoyen d'aujourd'hui a bien compris qu'avoir un smartphone plus rapide sans capter la 4G n'allait pas lui servir à grand chose. Au volant c'est pareil, si ça bouchonne, le client ne viendra pas en ville, même s'il est assuré de trouver des places, et même si elles sont peu chères.

 

D'ailleurs, il suffit de constater qu'à 19h on circule très bien depuis quelques temps : à cette heure tout le monde a fuit !

 

En résumé, le problème principal ce n'est pas la place pour garer les voitures, mais la place pour faire passer la circulation, et ça, à part raser le centre-ville, je ne vois pas comment ça va pouvoir s'arranger.

 

 

En périphérie de ville ou en périphérie de ville ?

 

Une autre argument (le principal soutenu par la mairie) est de dire que réaliser ce parking en périphérie permettrait aux automobilistes de ne pas pénétrer en ville, ce qui libèrera des places. Pourquoi pas, ça s'appelle le P+R, mais dans ce cas, il fallait faire autrement, car 2 remarques s'imposent :

  • Il faut construire ce parking au tout début de l'entrée de ville, et pas à 100m de l'hyper-centre, car pour y arriver on a déjà bouchonné 20 minutes quand on vient de Challes ou des Bauges !
  • Et surtout, il faut promouvoir le parking relais auprès des salariés travaillant en ville, puisque c'est eux qui ont des horaires (plus ou moins) fixes, restent toute la journée (aucune rotation possible donc) et n'ont en principe pas trop besoin de leur voiture sur place. Mais ceci n'est sans doute pas très porteur, électoralement parlant ;-)

 

En faisant ainsi, on gagnerait sur les 2 tableaux, en supprimant un flux important de voitures, arrêtées dès le parking de la Leysse par exemple, et en libérant des places en ville pour les clients et les touristes, qui eux ont besoin de se garer au plus près. Soit exactement le message de la mairie, mais en vraiment efficace.

 

Malheureusement,il faut bien constater que la parking de la Leysse, situé parfaitement en entrée de ville, et à proximité directe d'une ligne de bus DEJA en site propre (même si la réalisation et le règlage des feux laissent un peu à désirer), ne comprend que 90 places en surface, alors qu'on nous propose d'en construire 500 aux portes de la ville... Et à l'échelle de l'agglo, c'est 450 places de parking relais au total (!), à comparer aux 6000 disponibles en centre-ville...

 

Cherchez l'erreur, mais à notre sens le signal envoyé est clair !

 

 

Et la mobilité douce ?

 

D'une manière comme d'une autre, plus de parkings en ville entraînera plus de circulation, et donc plus de problèmes, on en revient donc toujours à la mobilité douce.

Le centre ancien de Chambéry n'est pas extensible, seuls des transports en commun performants pourront améliorer la situation.

 

Le sujet est très vaste et mérite beaucoup d'améliorations, mais le réseau de bus actuel, préparé en douce sur un coin de table, et qui évite soigneusement le centre-ville n'est pas étranger au problème et n'a sans doute pas fini de faire parler de lui...

 

Et plus qu'un ènième parking en centre-ville, nous préférerions avoir une vraie politique de mobilité urbaine, concertée et à l'échelle de l'agglomération.

 

 

Suite à une pétition demandant la construction urgente de parkings pour aider "à sauver le commerce de centre-ville", certains ont déclarés qu'ils soutenaient la création du parking Ravet en silo en étage, car celà "économisait du foncier".

 

N'étant pas urbaniste mais simplement ingénieur, j'ai regardé un autre parking que je connais un peu : le parking des Tisserands à Voiron. Situé à côté de la gare, il offre 471 places, quasiment autant que le projet Ravet (477 places), et il est assez récent (2009).

En étudiant l'emprise au sol, on peut voir que ce parking est légèrement plus petit (2740 m2) contre 3040 m2 pour Ravet (données Geoportail, outil "mesure de surface").

Si on fait le rapport, on obtient 2740 / 471 = 5.8 m2 (au sol) par place. Pour Ravet, 3040 / 477 = 6.4 m2, soit un peu plus d'utilisation de foncier pour Ravet, mais pas beaucoup.

 

Construit en demi-niveaux, mais ne disposant pas d'étage souterrain, il mesure à peu près 12m de haut comme on peut le constater visuellement :

 

Tisserands vue externe web

 Mais surtout, il n'a coûté que 5.5 m€
(ou 4.5, selon les sources ici et ici page 19),
alors que Ravet est estimé à 13 m€,
soit presque 3 fois plus !

 

 


Dans ces conditions, on pourrait se poser les intéressantes questions suivantes :

 

Pourquoi le parking Ravet a-t-il été placé à l'emplacement de l'un des carrefours les plus embouteillés de Chambéry ? A noter que la construction va refermer à nouveau le pont des Amours, coincé entre 2 murs, alors qu'il y passe 2 lignes Chrono sur 4 voies de circulation notoirement étroites.

 

Pourquoi, étant quasiment identique en capacité et en surface au sol, est-il aussi grand et prévu pour culminer à 28 m (données permis de construire) ? Une partie de la réponse se trouve dans le permis de construire : 3,40 m par étage, ce n'est plus un parking, mais un palace.

 

Et pourquoi coûte-t-il (à l'état de projet) presque 3 fois plus que celui de Voiron ? Alors que la municipalité ne parle que d'économies et a déjà procédé à une importante hausse des impôts locaux ???

 

 

Mais comme il s'agit d'un PPP les chambériens ne paieront rien tout de suite, mais au final sur 30 ans ce sera 15, 18 ou 20 millions. L'astuce est vieille comme la politique, mais ça marche toujours...

 

Pense-t-on vraiment améliorer la qualité de vie des chambériens avec un parking d'apparat ?

 

Je laisserai chacun y réfléchir par soi-même, mais personnellement en matière d'économies de foncier (et d'économies tout court), je trouve la pillule un peu difficile à avaler, et je doute que le belvédère prévu au sommet ou l'escalier "design" de l’artiste Krijn de Koning ne justifient à eux seuls la localisation, le prix et la dégradation du champ visuel, au détriment de nombreux voisins et de l'intérêt architectural de la place.

 

Note: depuis le mois de mars, on dispose désormais d'une vue d'ensemble du parking à l'échelle du quartier, grâce à un article sur le projet des "Portes de Mérande". En dehors de la taille importante du parking, on peut aussi voir que les nouveaux propriétaires du dernier bâtiment de la zone (en blanc, projet pas encore définitif), auront surtout pour toute perspective une vue - imprenable- sur le nouveau parking.

Est-ce que les nouveaux acquéreurs ont été prévenus avant d'acheter ???

 

 

PortesDeMerande vue globale web

 

 

 

Nouveau parking Ravet

 

C'est la rentrée, les feuilles commencent à tomber des arbres (pour ceux qui n'ont pas encore été coupés par la municipalité), mais le béton pousse bien, merci ! (voir aussi <ici> pour un dernier point sur les platanes de la Colonne).

 

Mitterrand a construit sa pyramide en verre et la Très Grande Bibliothèque, notre maire est lui bien décidé à laisser à l'histoire son silo à ..., pardon, son

 

Très Grand Parking

 

(Dernières nouvelles ici : petite enquête publique complémentaire)

 

 

Le projet (v1)

Voilà l'engin :

Projet Krijn

 

On nous avait promis du "qualitatif", du beau, je laisserai à chacun le soin de juger, ça fait un peu centre Pompidou (années 70 quand même)... Je doute que les touristes viennent à Chambéry pour ça, malgré le belvédère. Cependant, avec vue sur les embouteillages de l'avenue des Ducs et un bon marketing, ça pourrait peut-être marcher, on pourrait même faire des prix variables, du yield management, +50% de 7h à 8h et le soir de 17h à 18h, faut rentabiliser, faut que QPark s'y retrouve !

 

Mais comme à mon habitude je m'attacherai à quelques éléments plus factuels.

 

Voici d'abord un lien où trouver quelques informations, c'est directement chez le constructeur, parce que chez nous à la mairie on est plutôt discret (et les voisins immédiats le confirment ;-) ) :

<Site QPark>

 

Actuellement la chose a été votée en conseil municipal, avec une livraison prévue pour janvier 2019 (le permis de construire a été signé le 14 septembre (article DL). On en trouve quand même une trace dans le conseil municipal filmé du 12 juillet (introuvable sur le site de la mairie, un oubli sans doute), mais il se trouve sur Youtube :

<Intégral (4h30)>

<Extrait concernant cette délibération> (débute à 11:40)

 

Apprécions tout d'abord le commentaire de M. l'architecte, "...QPark a pensé que le problème principal à résoudre était la cohérence globale de la signalétique..." (à 11:38) (traduction = une unité architecturale et visuelle entre les 2 parkings).

Bon, nous on aurait plutôt dit que l'important c'était d'éviter de mettre un silo de 7 étages sous le nez des habitants et de construire un aspirateur à voitures supplémentaire, mais chacun ses priorités. De toute façon, QPark ne fera que construire la chose, ce n'est pas eux qui subiront les bouchons supplémentaires à cause du trafic des entrées-sorties (ci-dessous, 1 au bas du pont des Amours, 1 sur le quai Ravet, désolé il ne s'agit que d'une copie d'image Youtube).

 

Projet vue aerienne

 

On peut d'ailleurs voir que pour alimenter la bête, une voie supplémentaire (tourne à gauche) sera créée juste avant les feux dans le sens de la descente, ce qui signifie qu'il n'y aura plus qu'une seule voie dans le sens de la montée...

Heureusement que la circulation sur le faubourg Nezin a été sauvée (article à venir), sinon imaginez les cyclistes en plus sur une seule voie en montée ! On espère aussi que les bus pourront passer, car aujourd'hui déjà ils mordent sur la voie de gauche pour anticiper la courbe...

 

Un autre projet

 

Pour sourire un peu, regardons également le projet Effia (pas choisi finalement) : https://vimeo.com/192753507

On y voit un autre design (début partie Ravet 2'41), mais surtout le toboggan (rampe d'accès !) qui devait alimenter le parking depuis le haut du pont des amours, soit 4m50 plus haut...

Voici d'abord la vue d'ensemble (à gauche, 3'25 dans la vidéo) :

Bretelle acces rampe Effia

Vu comme ça la "nouvelle voie d'accès" est un gros virage en pente (un peu raide quand même), mais c'est beaucoup plus amusant quand on voit la configuration réelle du terrain, avec passage par une cour d'habitation (sisi, juste en face des fenêtres des voisins, aller voir le lieu !), avec un 3/4 de tour sur un espace riquiqui de 8m x 12m pour s'engager sous le pont (à contre sens de l'actuel faubourg, c'est pourquoi il fallait absolument le fermer...)

Les 3 garages qu'on voit (taggés) devaient quant à eux être condamnés (les propriétaires ont étés approchés pour un rachat), mais ce ne sera plus le cas avec le projet sélectionné...

 

Rocade en bas1 small  Rocade en haut2 small 

 

Le projet présenté semble joli, avec un très large trottoir pour les vélos et les piétons, mais n'est pas très réaliste quand on connait la configuration du pont actuel et le fait que l'entrée du parking donne en plein dans le carrefour de la libération...

 

 

Mobilité apaisée
 

 

 

Bien évidemment, personne ne niera un petit problème récurrent de parking sur l'agglomération, qui devrait cependant se réduire fortement puisque le futur c'est le vélo et les transports en commun, la mairie n'est pas avare de communication sur ce thème, et on nous a même vendu -30% de circulation (dans la vraie vie <voir ici>). Par contre, on attend toujours les chiffres de fréquentation des bus depuis le Big-Bang...

 

Visible de loin

 

La hauteur de l'engin n'est pas connue précisément, mais c'est au moins 21 mètres (7 niveaux x 3m). Alors bien sûr, on sait bien que creuser à Chambéry c'est compliqué à cause de la nappe, rappelons-nous du chantier des Halles, assez pharaonique, donc admettons qu'on construise en hauteur, et c'est mieux pour le belvédère avec vue sur le chateau.

Moins 30 

 

 

Mais tout de même, 500 places c'est quand même un peu beaucoup non ? 

 

C'est 2 étages de plus que celui de la Falaise (plus grand parking en ouvrage, celui du Chateau est enterré), qui lui est situé à côté de Malraux, ce qui entraîne quand même un certain besoin, même si tout le monde n'est pas obligé de prendre sa voiture (encore que, vu que maintenant les bus de nuit ont aussi été supprimés...)

 

C'est autant que le futur parking de la Cassine, qui lui est situé à côté de la gare (et accessoirement à la sortie de la VRU), rien à redire à celui-ci. Mais on aurait préféré plus de places à Cassine (si on veut que les gens prennent le train) et beaucoup moins à Ravet, c'est d'ailleurs ce qu'avait prévu l'ancienne majorité. A noter que l'actuel parking, en surface, ne fait qu'une centaine de places et il est désespérément vide ??? Un problème de tarif ?

 Cassine vide

 

 

C'est aussi plus que l'ensemble des <parkings relais de l'agglo>, vous savez, ces parkings en périphérie de ville qui incitent les gens à prendre les transports en commun pour rentrer en ville... Mais ici on prétend construire plus gros au coeur même de la ville, ce ne serait pas un peu à l'encontre du bon sens ? Surtout au regard des réalisations récentes, c'est à dire le parking de la Trousse (qui lui fait 90 places !) et le site en voie propre de la ligne B, qui se retrouvent donc magnifiquement court-circuités par les voitures...

 

On pourra d'ailleurs comparer l'évolution de ces parking relais... En 2007, il existait juste le parking des Landiers et celui de Maison brulée, et on nous promettait "6 nouveaux parkings en 2010", en 2017 seuls 3 ont été réalisés (carrefour de la Trousse, la Poterie à Cognin et Bois-Plan à La Ravoire). La municipalité actuelle n'est certes pas responsable de tout ce qui ne marche pas, mais le moins qu'on puisse dire c'est que le signal envoyé par ce grand parking en plein centre semble assez contradictoire avec l'idée de "Mobilité apaisée" promue à coups de slogans depuis 2 ans...

 

Et puis, tant qu'à faire un parking dans le secteur, pourquoi ne pas le faire au bord de l'avenue Desfrançois ? C'est juste de l'autre côté de la voie ferrée, il y a un collège en face, ça ne gènerait pas trop les riverains, et par contre les accès sont beaucoup plus simples (avenue large en ligne droite, et pas au milieu d'un des carrefours les plus embouteillés de Chambéry), et le faubourg Nezin donne un accès direct et protégé au centre ville. Mais c'était un projet de l'ancienne majorité, donc forcément mauvais.

 

Délibération

Voilà pour finir la <délibération> de ce fameux conseil municipal du 12 juillet, afin d'avoir une idée plus précise de cette délégation (contient une proposition de contrat). Ceux qui le souhaitent pourront se lancer dans la lecture des clauses.

 

On notera juste que la date de télétransmission au préfet est également du 12 juillet, ce qui peut signifier 2 choses :

  • soit le document a été transmis avant le conseil (admettons, le résultat du vote faisant quand même peu de doutes) ;
  • soit on s'est vraiment dépêché de le faire à la fin, puisque le conseil s'est terminé vers 23h ;-)

Dernières nouvelles

Pour fêter l'arrivée de la nouvelle version du permis de construire, une petite enquête publique complémentaire.

Oui oui, 6 mois après la signature du permis et une délibération complémentaire en avril, il reste encore quelques détails à règler...

 

 

 

Entendu ce dimanche 24 septembre à la braderie, plusieurs remarques de défenseurs de la politique municipale (il en reste) qui ont généralement 2 arguments principaux à faire valoir :

 

  1. Il y a eu un vote démocratique, donc il faut accepter ce choix et ce n'est pas bien de faire des pétitions ;

  2. Le maire n'a jamais dit que tous les platanes allaient être coupés.

 

Alors, reprenons les choses depuis le début pour voir ce qu'il en est vraiment.

Concernant l'aspect démocratique de la chose, rappelons que la réalisation des 3 avants-projets, confiés à 5 étudiants lyonnais en urbanisme, était basé sur un questionnaire préliminaire du mois de mars (j'étais d'ailleurs présent à Rubanox lors de la soirée musicale, où les questionnaires ont été présentés).

Le site internet est évidemment mort, mais voici la version papier que j'ai précieusement conservée.

 

Si vous cliquez sur l'image pour avoir le détail, vous verrez qu'on nous demande quelques informations sur les futurs aménagements, et que le sort des platanes n'a absolument pas été évoqué, sinon la réaction des chambériens aurait été la même que maintenant.

 

On peut également noter que le questionnaire (en ligne je rappelle) ne propose aucune possibilité d'exprimer des idées ou remarques par un texte libre... C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai rapidement renoncer à le remplir, visiblement, on nous demandait notre avis pour la forme. Je veux bien croire qu'un texte libre est plus difficile à analyser, mais c'est justement l'intérêt d'une concertation, sinon ça s'appele un QCM.

 

A moins que la démocratie participative ne consiste qu'à voter parmi 3 mauvais projets pour choisir le moins pire ?

 
 Enquete p1


 

Il y a ensuite eu une réunion publique de présentation des résultats ci-dessous, et quelques réunions sur place, début mai, une semaine de pluie ou pas grand monde n'est passé, puis la rédaction du fameux cahier des charges donné aux étudiants, basé soit-disant sur les résultats de la consultation, que voici :

 

 Resultats p1

 

Il est tout d'abord amusant de noter que les répondants ont indiqué désirer "pour 61% une ambiance plutôt végétale et pour 36,5% une ambiance à la fois minérale et végétale". Autrement dit, 97.5% des personnes interrogées plébiscitait une ambiance végétale... il fallait comprendre "buissons et plantes en pot". On comprend mieux la polémique actuelle quand on a vu arriver les 3 projets proposés !

Et que 67% demandaient de l'eau sur le boulevard, alors qu'une seule petite fontaine apparait sur le total des 3 projets.

 

En résumé, au lieu de considérations un peu cosmétiques, on aurait préféré des questions du genre :

  • Faut-il remplacer les platanes ou au contraire les garder ?
  • Faut-il déplacer la statue de la Sasson ?
  • Voulez-vous de l'ombre sur le boulevard ou du soleil ?

 

 

Je note au passage que la majorité précédente, actuellement très décriée en conseil municipal, avait fait un vrai projet sur le PDU et le pont Gambetta, publié dans le mensuel de la mairie, et montré au public pendant plusieurs mois, ce qui avait justement permis aux chambériens de s'exprimer. Ici, on nous demande notre avis sur les détails cosmétiques, alors qu'il s'agit d'une place emblématique de Chambéry. Et encore, on n'a même pas abordé le problème de la piétonisation de tout le secteur, décidée sans concertation elle aussi, alors qu'il s'agit encore d'une modification substantielle du PDU.

Si le projet municipal est de transformer Chambéry en parc d'attraction pour touristes, permettez-nous de rappeler qu'il y aussi des habitants qui y vivent.

 

 

Voilà ensuite ce que dit Mr Dantin, dans le reportage de France 3 du 4 juillet (soit à une époque où le mécontentement des chambériens commençait à être bien perceptible) :

 

 FR3 20170704 extrait1

 

Sur cette base uniquement ?

Ben, le questionnaire vous l'avez vu ci-dessus, où a-t-on demandé aux chambériens si les arbres devaient disparaitre ou pas ?

C'est quand même le point de départ de toute la refonte de la place, pas la nature des futurs commerces... d'autant que l'on attend toujours le fameux rapport d'expert validant la dangerosité des platanes (voir ajout tout à la fin).

 

Et pour ceux qui doutent encore, regardons ce qui est écrit à la fin de la description du projet 1:

 

3projets arbres peuvent pas etre plantes

 

Au final, les 3 projets reflètent très exactement cette consigne et nous proposent un boulevard du Théâtre complètement déplumé, et un boulevard de la Colonne très largement remodelé. A noter que le projet 1, qui propose un schéma quasiment identique à l'existant avec un double alignement, présente "des arbres d'essences différentes", en "élargissant l'espace entre les arbres". Donc, à moins qu'on ait inventé récemment une méthode pour déplacer des platanes centenaires d'1m20 de circonférence, il s'agit bien de tout raser et replanter non ? Quant à la remarque "engendre ainsi moins d'entretien", on sent bien le cahier des charges qui transparait, presque mot pour mot (même si cette demande n'est pas forcément mauvaise en soi).

 

Les autres projets sont moins bavards et ne parlent que de "vie de quartier", "place dans l'esprit village" ...


Enfin, concernant la légitimité du vote, on pourra rapidement constater que :

  • Le public n'était amené à se prononcer que parmi 3 options pré-définies, graphiques et vaguement commentées, proposant toutes comme pré-requis la suppression d'une grande partie des arbres existants.

  • Puisqu'on parle de démocratie, notons également que 1600 personnes ont votées (sur environ 100 000 habitants de la métro), ce qui revient à dire que 1.6% du corps électoral s'est prononcé. Certes, on pourra dire que c'est la faute des "électeurs" qui ne se sont pas mobilisés, mais dans n'importe quel assemblée générale de copropriété on aurait aussi dit que le quorum n'est pas atteint (et de loin pas), et le résultat aurait été invalidé. CQFD.

  • A noter que concernant la pétition contre le projet en question, nous en sommes déjà à plus de 4500 signatures (nominatives et non pas un sondage anonyme), la moisson de la braderie était bonne, merci à tous ceux qui se sont mobilisés.

 

Voilà donc on nous en sommes en cette fin septembre, le projet détaillé initialement prévu pour début juillet devant être, initialement prêt pour la foire de Savoie, puis pour la mi-octobre. Ce qui prouve au moins qu'il est plus compliqué de faire un vrai projet basé sur des études sérieuses qu'un simulacre de démocratie participative basé sur 3 dessins vites-faits.

 

Et pour finir, voici la lettre envoyée aux riverains et à certains chambériens, qui précise la position du maire. Vous constaterez que s'il conteste toujours la volonté initiale de tout raser, aujourd'hui le discours est "de ne couper que ce qui est nécessaire". Après ce qui s'est passé place de la gare, je vous laisserai juge d'y croire ou pas.

 

PS : Dernières nouvelles :

Un document décrivant l'état sanitaire des arbres (merci SOS PDU) daté de 2015 vient d'être "retrouvé" par la mairie. On peut y voir que si plusieurs sujets sont dans un état moyen, très peu sont dans un état médiocre (orange) et AUCUN N'EST A ABATTRE (carré orange). Par contre, les 8 déjà coupés pour laisser passer quelques voitures étaient en grande majorité sains (7 sur 8, 2 ayant déjà disparu avant les travaux). Et les arbres du Théâtre, originellement voués à disparaitre, sont majoritairement sain, ce que tout le monde pourra constater.

 

 etat platanes 2015 zoom

 


 

 

 

Pendant notre campagne d'information sur le projet de la Colonne, nous avons entendu quelques voix s'élever pour défendre l'action de la mairie (sisi, il y en a eu qq unes). Le principal argument évoqué (d'ailleurs également annoncé par Mr Dantin lui-même dans son interview sur FR3 le 3 juillet) était que personne n'avait jamais dit que tous les arbres allaient être coupés. C'est vrai, il ne l'a pas dit (à ma connaissance), mais cela ne veut pas dire qu'il n'y pensait pas. C'est pourquoi nous nous sommes intéressés à ce que nous savions du sujet, à savoir les éléments de concertation et les 3 projets.

 

N'écoutant que mon courage et surtout mon cerveau, je me suis mis à la place des 5 étudiants en urbanisme amenés à plancher sur le sujet. La première question à poser au maire était évidemment de connaître les contraintes du projet, et notament les conditions de départ, à savoir une place AVEC ou SANS ses arbres. Il suffit de regarder les 3 projets (lien mort, voici une copie du site au format pdf) pour connaitre la réponse: toutes les propositions proposent, en partie au moins, une suppression des arbres, la question est donc réglée (et cela colle assez bien avec les actions passées de la municipalité).

A noter que la présence d'arbres restant sur le plan ne signifie aucunement qu'il s'agit des platanes actuels... Chêne de Chine, sors de ce corps !

 

3 projets juillet 2017 small

 

En ce qui concerne la partie Bd du Théâtre, qui ironiquement contient les plus beaux spécimen, le verdict est encore plus clair : non seulement tous les projets montrent un boulevard débarassé de tous ses platanes (sauf 4 dans le dernier projet, un rebelle sans doute...), mais en plus le choix de les abattre est clairement assumé et retrouvé dans les commentaires des étudiants (merci les gars) : "En raison de contraintes techniques et de la présence d'un réseau de chauffage urbain au sous-sol du boulevard du Théâtre, les arbres ne peuvent être plantés". Je rappelle que les platanes datent probablement d'avant 1880 et le réseau de chauffage chambérien à été mis en place dans les années 30...

 

En ce qui me concerne, c'était quand même assez inquiétant pour l'avenir des platanes (surtout quand on voit l'avant-projet de la place de la future gare, article en préparation, c'est assez intéressant).

 

Je pense donc qu'on peut requalifier la phrase de Mr Dantin en "personne n'a jamais dit EN PUBLIC que TOUS les arbres allaient être coupés". Mais en privé, visiblement oui, et il n'y a que l'étendue de ce <tous> qui reste à éclaircir.

 

Un petit mot concernant la concertation également, annoncée à grand renfort de publicité, de placards et affiches, jusque sur le fronton de la mairie. A ma connaissance il y a eu des présentations de projets, des discussions avec les étudiants début mai, des sondages sur le contenu de la future place ("voulez-vous y voir des cafés, des espaces de jeux, des points d'eau..."), et pour finir un vote entre les 3 fameux projets.

La première constatation est qu'il n'y a pas beaucoup de concertation là-dedans (voir détails ICI), puisqu'il s'agit essentiellement de communication et d'un peu de sondagite.

La deuxième est que 1400 votes par internet sur un bassin de près de 100 000 habitants, sans avoir besoin de se déplacer, et sans payer 2€ pour voter, ce n'est pas si glorieux que ça, les défenseurs de la place de la gare ayant réussi à obtenir 7000 signatures pour leur pétition (qui contrairement aux votes sont nominatifs) alors que le sujet était un peu moins "symbolique" que l'avenir du Bd de la Colonne.

Enfin, la troisième constatation est que, le sondage ayant indiqué que 67% des chambériens souhaitaient voir la présence de l'eau, il n'y a eu au final qu'UNE SEULE mention d'une fontaine, dans le projet numéro 1. Ce qui n'augure pas trop de bien du devenir de la concertation en question...

 

Mais l'opinion publique aidant, depuis le 3 juillet Mr Dantin a entrepris de clarifier certains points, ce que nous saluons. Désormais, ne seront abattus que les (7) arbres malades (à titre personnel je n'ai pas de pb avec ça), et surtout le calendrier a quand même un peu changé.

 

Auparavant (lien mort, décidémment...), voici une copie en pdf, c'était:

  • "l’avant-projet détaillé sera exposé en juillet à l’hôtel de ville de Chambéry" : très bien, mais s'agissant d'un projet détaillé, pour appels d'offres en septembre, il serait déjà bien avancé, et sans doute un peu tard pour changer les choses, d'où notre mobilisation maintenant (avant la torpeur du mois d'août, on a déjà remarqué que les ouvriers municipaux s'activaient souvent à cette période-là).
  • lancement des appels d'offres en septembre
  • début des travaux faits en interne par la municipalité en septembre également (incluant le tronçonnage des arbres ou pas ?)
  • début des travaux en janvier 2018.

 

Le moins qu'on puisse dire, c'est que tout semblait bien avancé, et qu'un peu de mobilisation citoyenne a fait bouger les lignes. La mairie devrait s'en réjouir, enfin de la démocratie participative !


 

 

Enfin, un dernier éclaircissement sur d'autres propos du maire, qui a récemment associé notre action (ainsi que d'autres auparavant, je pense au Faubourg Nezin ou au nouveau plan des bus), à "une action politique orchestrée par Cap à Gauche".

D'abord, j'ai par ailleurs une vie professionnelle assez remplie, et je ne vais pas passer mes samedis et mes soirées pour alerter les chambériens juste pour le plaisir d'embêter la mairie. Ensuite, il me semble pourtant que les articles de ce site (en dehors de la section "Humour") sont surtout basés sur des faits réels associés à des éléments de réflexion, plus que sur une quelconque idéologie politique. Et nous avons également un certain nombre de sympatisants qui avaient voté pour lui lors des dernières municipales...

 

Il est par contre vrai que les représentant de Cap à Gauche, ainsi que presque toutes les forces d'oppositions chambériennes, ont souvent collaboré à nos démarches et nous les en remercions.

Sans doute que nos remarques ne sont pas si stupides...

 

Bon été à tous !